Origine du nom

Selon l’Histoire Générale du Languedoc, on trouve le nom du village, vers le milieu du XIe siècle, sous la forme d’Omelares. Par la suite, on repère dans les textes les noms Omelas  ou Omelaz, comme dans le cartulaire de Gellone du XIIe siècle. Le nom actuel d’Aumelas semble être employé à partir du XVIe siècle (dans le « rôle des décimes du diocèse de Béziers »). Son étymologie proviendrait alors du nom d’une propriété gallo-romaine, surnommée Homullus, auquel on  rajouta le suffixe latin « atis ».

Localisation (cliquer pour accéder à Google Maps)

Le village d’Aumelas se place à l’est de la limite entre l’arrondissement de Lodève et celui de Montpellier. Il est entouré par les communes de Vendémian, Saint-Paul-et-Valmalle et Saint-Bauzille-de-la-Sylve. Situé au sud-ouest de Montpellier, la plus grande ville à proximité. Les ruisseaux du Coulazou, de Rouvièges et de la Calade sont les principaux cours d’eau qui traversent la commune. Son territoire se compose principalement de bois et de garrigues. De faible densité, il s’étend sur 58,3 km². L’habitat se concentre essentiellement dans deux hameaux, le Mas d’Arnaud au nord (où se trouve la mairie) et Cabrials au sud-ouest.

Histoire

Aumelas et son territoire ont connu une forte occupation préhistorique. De nombreux silex et pointes de flèches ont été retrouvés au pied du château.

Aumelas se distingue des autres villages de la région, notamment par son histoire politique, ses paysages et la répartition de l’habitat.

La commune s’étend sur des causses bas. Le territoire est contrasté entre des collines où règnent des forêts de chênes verts, des plateaux arides où s’éparpillent les garrigues et des vallons fertiles plantés de vignes. Au sud-est, ces monts dominent la plaine littorale de Montpellier et à l’ouest la vallée de l’Hérault. C’est sûrement la géographie du lieu, entre plaine et vallée, qui a été déterminante.

?????????????????????????????????????
Vue aérienne d’Aumelas, 4 Vents_Communauté de Communes Vallée de l’Hérault

Lieux stratégiques, ces monts ont très tôt accueilli un château qui est devenu siège d’une puissante vicomté. Aumelas était à la fois un lieu de passage et d’isolement où l’organisation des habitations a été conditionnée par le relief et la nature calcaire des causses. Ainsi, l’habitat s’est fondé en hameaux et mas isolés, tandis que l’agriculture s’est orientée vers l’élevage. Cet habitat dispersé n’en reste pas moins enraciné dans l’histoire. Les premiers habitats en Languedoc puisent en partie leurs origines dans l’époque gallo-romaine, les villae ayant pérennisé des lieux d’habitat jusqu’à aujourd’hui. Pendant le bas Moyen Âge, certaines ont évolué en village autour de son église, ou dominé par son château et d’autres se sont maintenues. C’est ce qui semble avoir été le cas pour Aumelas, puisque plusieurs villae qui délimitent le territoire, sont citées dès la fin du Xe siècle. Ainsi, la villa de Sainton est le lieu d’implantation du château et de son village, tandis que la villa de Cardonnet est l’implantation de la chapelle Saint-Martin qui s’est édifiée à partir des thermes de cette dernière. Enfin, la villa Caprelis est le lieu où s’est regroupé l’habitat autour de son église du XIIe siècle afin de former le hameau de Cabrials. Jusqu’à aujourd’hui, ces lieux de peuplement se sont pour la plupart maintenus. Cabrials s’est développé et constitue le seul grand hameau de la commune d’Aumelas. Les mas autour de Saint-Martin-du-Cardonnet existent toujours même si leur lieu de culte a été désaffecté. L’habitat près du château a été progressivement déplacé en contrebas, dans la vallée. Du coup, le village castral fut abandonné, puis au début du XXe siècle, ce fut le tour de son faubourg. Tous les deux ruinés, ce sont les hameaux du mas Arnaud, du mas Blanc, du mas de Coste, ou du mas Pasquier qui ont pris aujourd’hui le relais.

En ce qui concerne les ressources économiques de la commune d’Jumelas, elles se sont constituées autour de deux pôles : le vignoble de façon récente et l’élevage. L’économie pastorale était autrefois omniprésente. De nombreuses drailles témoignent de son importance. Au Moyen Âge, le village castral regroupait toutes les activités classiques (chevaliers et gens d’armes, nourrices et servantes des familles seigneuriales, paysans, petites propriétaires, prêtres et forgerons…). Outre ces activités, un texte de 1121 révèle que le village aurait également assumé une fabrication de draps et la culture du pastel. Puis, au cours du XVIe siècle, on sait qu’Aumelas possédait des verreries dans les forêts de chênes. C’est à partir du XIXe siècle et la révolution industrielle que la monoculture de la vigne s’est installée dans la région. Désormais, la principale  ressource de la commune se fait avec l’activité viticole et vinicole.

Publicités