Les Menhirs

La fonction des menhirs restent assez obscure. Entre un symbole religieux, une borne de territoire ou une pierre indicatrice de nécropole, plusieurs hypothèses s’affrontent. Les menhirs se présentent toujours comme une pierre dressée, plantée verticalement et de dimensions monumentales. La pierre peut être taillée (en forme de colonne, d’amande, de dalle anthropomorphe, etc.) ou avoir été plantée telle quelle, plus ou moins brute. Il existe des menhirs gravés, sculpté et même peints. Les « statues-menhirs », érigées entre le Néolithique final et l’âge du bronze, sont remarquables car il s’agit de menhirs aux formes anthropomorphes gravés d’attributs en bas-relief (parfois sculptés en ronde-bosse) comme le visage, les seins, les bras avec les mains, les jambes et les pieds, mais aussi les parures, les armes, le baudrier, la ceinture, les plis des vêtements, les cheveux en tresse, etc. Ces monolithes sont présents un peu partout dans le monde. On les retrouve à travers toute l’Europe, de la zone méridionale (Portugal, Espagne, Corse…), au pourtour de l’Atlantique (France, Irlande, Angleterre) et de l’Europe centrale (Suisse, Autriche, Allemagne) à la Scandinavie (Danemark et Suède). On les retrouve aussi sous des formes plus récentes en Afrique (Sénégal), en Asie (Inde, Indonésie, Corée) et même en Amérique du Sud. Les statues-menhirs sont également présentes dans plusieurs régions d’Europe . En France, il en existe une forte concentration en Bretagne[] avec plus de 500 menhirs, en Lozère, sur le site de la Cham des Bondons qui compte plus de 150 menhirs, en Rouergue avec plus de 120 statues-menhirs, en Languedoc avec une vingtaine de statues, dans le Pas-de-Calais et même en Corse où plusieurs dizaines de statues-menhirs ont été inventoriées un peu partout dans l’île.

Publicités