Les Cirques naturels

La répartition des cirques naturels en France se localise principalement dans le Jura, le Massif Central qui en compte six et les Pyrénées qui en comptabilisent le plus, avec sept. Un cirque est une enceinte naturelle aux parois abruptes, de forme circulaire ou semi-circulaire. Sa formation peut se faire par  une dépression d’origine glaciaire. Cette catégorie de cirque est entourée de versants raides que l’on trouve en montagne qui est ou qui a été occupée par un bassin d’alimentation glaciaire,  soit par un simple glacier de cirque ou  bien par un glacier plus long. Le cirque de Gavarnie, situé dans le massif montagneux des Pyrénées, est un des plus beaux exemples.

Mais la formation des cirques peut également être d’origine volcanique ou lié à des méandres encaissés. C’est le cas pour le cirque naturel de Mafate sur l’île de la Réunion. La dernière cause de formation des cirques naturels est due à l’érosion karstique. Le paysage du karst provient des écoulements souterrains particuliers qui se mettent en place progressivement dans les roches carbonatées (calcaires et dolomies) et dans les roches salines (gypse et parfois sel gemme). C’est de cette dernière catégorie que résulte la formation du cirque de Mourèze

 

Histoire 

moureze_cirque_otduclermontais_ccc

Cirque de Mourèze, Office de Tourisme du Clermontais

image009

Cirque de Mourèze, Martin Philippe

Il s’agit d’un cirque dolomitique où l’érosion a façonné un paysage ruiniforme.  La dolomie est une roche sédimentaire d’origine marine, composée principalement de dolomite[1] et de calcite, qui jouent un rôle fondamental dans l’érosion de la roche. Cet ensemble  dolomitique fut formé il y a 160 millions d’années (à l’époque mésozoïque).  Au départ, ce « Méga Lapiaz[2] »,  était un dépôt d’une mer chaude et peu  profonde. Après la disparition de cette mer, l’érosion de la dolomie a sculpté pendant des millions  d’années des formes originales. L’élément principal de cette érosion permanente est le gaz carbonique contenu dans l’eau de pluie. En ce qui concerne sa datation, les géologues estiment que  la dolomie de Mourèze appartient à la  Période du Jurassique Moyen (période intermédiaire du Mésozoïque) et plus particulièrement aux premiers temps de l’Epoque Oolitique.

Elle forme, à Mourèze, une bande à peu près continue, depuis Bédarieux jusqu’aux Bories au nord de Clermont l’Hérault. Les bancs calcaires qui la couronnent appartiennent à l’étage Oxfordien (-161,2  à 155,7).

Description 

Le cirque de Mourèze est situé dans la commune de Mourèze. Il est voisin du lac du Salagou et du village de Villeneuvette. Le Cirque possède plusieurs oppida et cavernes, preuve qu’il a autrefois abrité des hommes de la préhistoire, avant d’accueillir les charbonniers et les bergers. Aujourd’hui, l’absence de troupeau laisse la végétation recouvrir le site, surtout fréquenté par les promeneurs qui viennent se perdre dans ce labyrinthe naturel.

Le cirque de Mourèze à une surface limitée au nord et au sud par des massifs de 500 et de 400 mètres environ, resserrés entre eux sur une largeur de 1200 mètres et sur une longueur à peu près égale. La roche dolomitique offre une texture généralement grenue et cristalline où les grains, résistent ou disparaissent sous l’action de l’air et des pluies.

Ainsi, selon la fantaisie et l’époque, la plupart des rochers du cirque ont reçu une appellation. On trouve le Sphinx comme figure centrale du cirque, le Chameau, la Demoiselle, le Grand Manitou, le Lion Couché, l’Ours et le Berger, les Hauts Fourneaux, le Cerbère, la Tour du Guetteur, la Tour de la Brèche et la Tour du Poulailler, etc.

moureze_sphinx 313_pm

Cirque de Mourèze (Sphinx), Philippe Martin

Certains attirent l’attention pour leurs aspects surnaturels. Ainsi, les rochers ruiniformes nommés la Porte des Fées et l’Oracle attestent de cet esprit.

Un effet de contraste rehausse le pittoresque avec la flore qui est particulièrement riche dans ce paysage dolomitique. Ce qui est intéressant, c’est qu’il n’y avait aucun arbre dans le Cirque de Mourèze, au début du XXe siècle à la suite du pâturage des chèvres et du travail des charbonniers.

D’une manière générale, le pays de Mourèze est de tous les côtés pourvu d’un riche patrimoine naturel.

moureze_panorama_pm

Cirque de Mourèze, Martin Philippe

Ainsi, plusieurs sentiers sillonnent le cirque et conduisent sur : la montagne de Liausson ou sur le Mont Mars, au-dessus du village de Salasc. C’est d’ailleurs sur la crête du Mont Liausson que se trouvent les ruines de Saint-Jean d’Aureilhan, un ermitage du XIIIe siècle. Au-dessous de ces ruines  se trouve la grotte de Beaumenègre et sur le versant du Salagou, la grotte de Liausson.

Le point idéal pour avoir un panorama des rochers du cirque est le « Belvédère » qui est le point nord du parc des Courtinals.

Une table d’orientation y a d’ailleurs été installée à cet effet. Intégré au cirque de Mourèze et jouxtant le village, le parc archéologique « les Courtinals » abrite également la reconstitution scientifique d’une cabane gauloise datée de 350 avant JC, ainsi qu’un petit musée avec l’exposition des vestiges trouvés sur le site.

Le site de Mourèze, avec l’étendue de son territoire et la richesse géologique et archéologique fait partie depuis 2003 des sites classés et protégés. En outre, il est, depuis 2010, engagé, avec la vallée du Salagou, dans l’opération Grand Site de France.

moureze_legardien_otclermontais_ccc

Le Gardien, Office de Tourisme du Clermontais

[1] : La dolomite est une roche minérale formée de carbonate de calcium et de magnésium.

[2] : Nom donné par les géologues pour les formations qui résultent de la double action sur les roches calcaires, des eaux de pluies par ravinement et corrosion.

Publicités