Origine du nom

Etymologiquement, Puéchabon voudrait dire «Le Puech d’Abon». Concernant le «Puech», la définition est aisée : «Puech» ou «Pioch» désigne des promontoires en occitan. En revanche, on ne sait toujours pas l’origine du nom «Abon».

Localisation (cliquer pour accéder à Google Maps)

Puéchabon est un village perché depuis le XIe siècle sur le mont Abon. Ce mont fait partie d’un ensemble de sept collines couvertes de garrigues.

Entouré par les communes d’Aniane, Saint-Guilhem-le-Désert et Argelliers, Puéchabon est situé à 24 km au nord-ouest de Montpellier. Le fleuve Hérault, le ruisseau des Corbières, le ruisseau de la Combe du Bouys sont les principaux cours d’eau qui traversent la commune.

Histoire

La plus ancienne occupation humaine qui est attestée à  Puéchabon remonte au VIIIe siècle avec certaines parties des ruines du hameau de Montcalmès (situé à 3850m de Puéchabon). Cette bourgade fut le premier lieu d’habitation du village, avant d’être totalement abandonnée en 1890. La première fois que le village de Puéchabon fut cité, c’est dans un acte signé de la main de Charlemagne en 777 qui stipulait que la commune était l’une des premières possessions de l’abbaye d’Aniane. Le château de Mont Calmès et la paroisse Saint-Hilaire sont considérés comme le « Puéchabon primitif ». De nos jours, ses vestiges ont hélas quasiment disparu.

A l’instar du village du Pouget, Puéchabon naît d’un regroupement humain au XIe siècle sur un positionnement stratégique en hauteur. Une « circulade » s’organisa progressivement autour du fort du XIe siècle dont il ne reste aucun vestige. Le monument le plus ancien du village est l’église Saint-Pierre. Ancienne église castrale, elle fut utilisée comme paroisse lorsque l’on abandonna l’église Saint-Sylvestre-des-Brousses, située à Montcalmès, en tant qu’église majeure. L’église Saint-Pierre a fait l’objet de nombreux travaux au fil des siècles, ce qui enleva toutes traces de son premier état roman. Après plusieurs siècles de prospérité, on construisit en 1842 une nouvelle église paroissiale, en bordure du village, l’église de l’Immaculée Conception.

L’enceinte du village de Puéchabon date du XIIe siècle. Elle fut renforcée lors de la réfection des remparts tout au long du XIVe siècle et fut entretenue par nécessité à l’époque moderne. En ce qui concerne l’économie du village, elle fut basée pendant longtemps sur l’élevage et l’exploitation forestière.

???????????????????????????????????????
Vue aérienne de Puéchabon,
4 Vents_Communauté de Communes Vallée de l’Hérault

Ce dernier point fait que le village se démarqua nettement des autres communes de la plaine. La culture de la vigne et l’exploitation des bois ont fait la richesse du village. La prospérité de Puéchabon est visible dans le fait que la commune fut éclairée au gaz, avant la ville Montpellier, grâce à  un barrage qui a permis en 1892 l’adduction d’eau et la construction d’une usine à gaz. C’est en 1883, suivant la volonté de Louis Ballestier, le maire de l’époque, que Puéchabon est parmi les premiers villages de France à se doter d’un éclairage public à gaz de charbon. Les particuliers abonnés ont pu s’alimenter ainsi jusqu’en 1896. Petit à petit cependant, les frais d’entretien devinrent trop importants pour la municipalité. De plus, les percements réalisés pour alimenter le village en eau, conçus en l’absence de plans des canalisations de gaz et sans regard pour l’entretien et la vidange de ces canalisations, détériora l’installation. Les tuyaux se sont ainsi définitivement bouchés. De cette construction exceptionnelle, il reste quelques vestiges, en particulier une chaudière transformant le charbon en gaz et une cloche métallique (gazomètre).

Publicités