Les Panoramas

Tout paysage est structuré par des lignes de force et axes de convergence qui donne au relief sa perspective. Définir le panorama, c’est donner l’occasion d’avoir une perspective sur une vision éloignée d’un paysage qui peut atteindre 180°. Les différents points d’appels qui constituent un paysage sont généralement des éléments qui attirent l’œil. Ainsi le village en crête, le clocher de l’église comme les rochers dolomitiques sont autant d’éléments qui composent un Panorama. Les panoramas sont donc des paysages aux textures diverses regroupant de multiples patrimoines (bâti, archéologique comme géologique). Depuis une hauteur, ils permettent surtout d’offrir une vue d’ensemble sur un vaste et riche paysage.

Les Cirques naturels

La répartition des cirques naturels en France se localise principalement dans le Jura, le Massif Central qui en compte six et les Pyrénées qui en comptabilisent le plus, avec sept. Un cirque est une enceinte naturelle aux parois abruptes, de forme circulaire ou semi-circulaire. Sa formation peut se faire par  une dépression d’origine glaciaire. Cette catégorie de cirque est entourée de versants raides que l’on trouve en montagne qui est ou qui a été occupée par un bassin d’alimentation glaciaire,  soit par un simple glacier de cirque ou  bien par un glacier plus long. Le cirque de Gavarnie, situé dans le massif montagneux des Pyrénées, est un des plus beaux exemples.

Mais la formation des cirques peut également être d’origine volcanique ou lié à des méandres encaissés. C’est le cas pour le cirque naturel de Mafate sur l’île de la Réunion. La dernière cause de formation des cirques naturels sont dus à l’érosion karstique. Le paysage du karst provient des écoulements souterrains particuliers qui se mettent en place progressivement dans les roches carbonatées (calcaires et dolomies) et dans les roches salines (gypse et parfois sel gemme). C’est de cette dernière catégorie que résulte la formation du cirque de Saint-Maurice-de-Navacelles.

Histoire 

Le Cirque de Navacelles est formé par un méandre recoupé de la rivière la Vis. Cette dernière coupe de manière impressionnante le plateau du Larzac, à la limite des départements de l’Hérault et du Gard.

Le relief des pentes montre les barres et les terrasses calcaires laissés par les anciens niveaux de la rivière. L’étude des empreintes de végétaux fossiles, renfermés par les travertins, permet d’évaluer l’âge de ces dépôts et de faire remonter la fin de la formation du cirque à la dernière période froide de l’ère quaternaire, soit aux environs de 6000 ans avant notre ère.D’un point de vue géologique, la formation de ce cirque vient du soulèvement du sud du Massif central, à savoir les causses du Larzac et de Blandas. La Vis s’est enfoncée très lentement et l’on pense que le canyon s’est creusé en 2 à 3 millions d’années, à la fin de l’ère tertiaire. Le cirque lui-même est constitué d’un méandre abandonné par la Vis qui, autrefois contournait le piton rocheux central.

Offrant un panorama magnifique, le cirque de Navacelles est depuis janvier 2012 engagé dans l’opération Grand site national, afin d’assurer sa préservation par l’U.N.E.S.C.O.

Description                                                                                   

Le Cirque de Navacelles se situe dans la partie méridionale des Grands Causses. Les gorges de la Vis offrent un paysage qui tranche avec les Causses adjacents. Ce paysage, profondément différent du reste du plateau, résulte tout d’abord de ses caractéristiques géologiques. Ainsi, l’enfoncement de la Vis a donné une grande verticalité aux surfaces, et la présence de la rivière, au moins dans la partie comprise entre la résurgence de la Foux et l’embouchure avec l’Hérault, marque une différence notable avec les Causses.

Ce milieu aquatique peut être considéré comme rare à l’échelle des Grands Causses en raison de leur géologie. Le calcaire est karsifié et les réseaux, profondément enfoncés, sont donc principalement souterrains. Par conséquence, les gorges de la Vis offrent des milieux écologiques particuliers, enclavés dans la superficie des Causses. De plus, il abrite des milieux paysagers très variés allant des vastes étendues des Causses, des falaises et gorges encaissées jusqu’au méandre verdoyant. Le site détient une diversité d’espèces qui sont souvent protégées au niveau européen (orchidées, busard cendré ou saint martin, merle bleu ou aigle royal…). Le patrimoine vernaculaire y est aussi bien présent. Ainsi, le Grand Site possède un riche « petit patrimoine » qui est souvent lié à l’activité agropastorale ou à l’usage de l’eau (murets, faïsses, lavognes, puits, citernes…)

De nombreux mégalithes ont également été découverts. Souvent cachés, ils peuvent s’apercevoir depuis la route, particulièrement entre la Vacquerie et le Coulet, et entre Montdardier et Blandas.

Jouissant d’une faune et d’une flore exceptionnelle, le cirque de Saint-Maurice-de-Navacelles possède autant de richesses qui font de lui une merveille écologique et géologique. L’ensemble du site, formé par le cirque et les gorges de la Vis, a été classé en 1983 sur une surface de 1274 hectares. Cette protection se renforça en 2010, où le cirque adhéra au réseau des Grands Site de France.

Publicités